Actualités

  • Ouvrage : Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique
  • Publication suite au séminaire tenu au CEMTI entre 2016 et 2018.

    Presses de l’Enssib, 2020.

    Interdiction des téléphones portables à l’école, contrôle des plateformes en ligne pour lutter contre la désinformation – l’éducation aux médias se retrouve au centre des politiques publiques numériques. Depuis 2013, la loi de refondation de l’école a inscrit dans ses missions fondamentales une éducation aux médias et à l’information. Cet ouvrage présente le résultat de trois années de réflexion collective avec des chercheur.es explorant l’économie politique de la communication, la sémiotique, la sociologie des usages, la critique des industries culturelles et créatives et la sociologie du genre.

    Sommaire

    Introduction par Sophie Jehel et Alexandra Saemmer

    Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

    Chapitre 1. « Fake news », complotisme, désinformation : quels enjeux pour l’éducation aux médias ? par Romain Badouard

    Chapitre 2. Cybersexisme : un nouveau phénomène de socialisation adolescente par les outils du numérique ? par Sigolène Couchot-Schiex et Gabrielle Richard

    Chapitre 3. Surveillance à l’ère numérique : comment résister à l’emprise de la société de contrôle ? par Serge Proulx

    Chapitre 4. Retour sur les enjeux politiques du mouvement du logiciel libre, par Sébastien Broca

    Chapitre 5. Comment saisir la qualité politique des technologies numériques ? par Clément Mabi

    Chapitre 6. Faire attention, ou l’affectivité en contexte numérique, par Camille Alloing et Julien Pierre

    Chapitre 7. Qu’est-ce qu’un moteur de recherche ? par Guillaume Sire

    Chapitre 8. La défiance des adolescents vis-à-vis de l’information journalistique dans le contexte de la crise de l’information, par Sophie Jehel

    Chapitre 9. Se confronter aux fausses informations : des moyens techniques de lutte aux outils éducatifs, par Léo Jannot-Sperry

    Partie 2. Approches réflexives et créatives des médias

    Chapitre 10. Inoculer le genre. Le genre et les SHS : une méthodologie traversière, par Marlène Coulomb-Gully 

    Chapitre 11. L’éducation critique aux médiations informationnelles et communicationnelles en milieu numérique, par Nicole Pignier

    Chapitre 12. Pour une lecture critique des interfaces du livre numérique, par Nolwenn Tréhondart 

    Chapitre 13. La créativité en éducation critique aux médias : un défi pour l’École, par Laurence Corroy

    Chapitre 14. Que peut la littérature face aux techno-pouvoirs numériques ? par Alexandra Saemmer 

    Chapitre 15. Adolescence et maîtrise des technologies de la communication, par Francis Jauréguiberry

    Chapitre 16. Déconstruire le mythe des digitales natives, et au-delà : cheminements théoriques et méthodologiques, par Anne Cordier

    Chapitre 17. Mobilisation des savoirs techniques par le professeur documentaliste. L’éducation aux médias comme transmission d’un savoir expérientiel en milieu numérique, par Céline Ferjoux 

    Chapitre 18. CyberOmbre, repenser les nouveaux médias par le médium théâtre, par Fardin Mortazavi

  • MEI #49 : Regard et communication
  • Publication suite au séminaire tenu au CEMTI en 2019.

    La question de l’historicité du regard, et des dynamiques socio-politiques multiples qui participent de son façonnage, a longtemps été l’objet d’intérêt exclusif de l’histoire de l’art. L’émergence des Cultural Studies à partir des années 1960, s’appuyant notamment sur la sémiotique critique de Roland Barthes, des études féministes au tournant des années 1970, avec la conceptualisation du « male gaze », et enfin des Visual Studies dans les années 1980 a largement participé du renouvellement de la problématique de la construction sociale du regard et élargi le spectre des méthodes employées pour l’étudier. Ces approches ont mis l’accent sur la dimension sensible et intériorisée des rapports sociaux. Elles ont tracé les contours d’une politique de la perception par laquelle la visibilité sociale se trouve inégalement distribuée. Ce numéro de la revue MEI souhaite participer de ce renversement de la focale, de cette approche critique du regard qui invite non pas, ou pas seulement, à considérer ce qu’il y a à voir dans les représentations médiatiques ou artistiques, mais à interroger le rôle qu’elles jouent dans la formation de manières de voir (et de se voir), à la fois socialement situées et réorganisées par des dispositifs sociotechniques. En se focalisant sur la question de la configuration sociale du regard, il propose d’explorer les contextes de circulation des images, leurs modalités d’appropriation et leur participation à l’édification des normes de visibilité.

    Sommaire

    Editorial, par Maxime Cervulle et Alexandra Saemmer

    On Seeing and Knowing : entretien avec John Rajchman
    Maxime Cervulle et Alexandra Saemmer

    Théories et pratiques de la performativité visuelle. Les politiques de l’acte d’image au prisme des Leviathan Series de David Batchelor
    Maxime Boidy

    Voir les médiations à l’œuvre dans la construction du jeu vidéo comme objet muséal
    Marion Coville

    La réception les yeux fermés ? Spectacles non vus et controverses théâtrales
    Maxime Cervulle

    La France coloniale et le spectateur « indigène » : histoire d’une incompétence cinématographique
    Morgan Corriou

    Un œil « moyen ». Le cinéma d’amateur en France
    Giuseppina Sapio

    Performer la décolonisation/décoloniser la performance. Les œuvres The Artifact Piece et The Artifact Piece Revisited des artistes autochtones James Luna et Erica Lord
    Aurélie Journée-Duez

    Remonter aux motivations sociales et politiques du regard. Esquisse d’une méthode en sémiotique sociale
    Alexandra Saemmer et Nolwenn Tréhondart

    Éducation à l’image, critique de l’artification et approche sémiotique
    Bernard Darras

    Les « Deux Marianne » : une image, des regards, des affrontements en contexte numérique
    Justine Simon

    Visualité/contre-visualité, propositions pour une (re)définition
    Ulrike Lune Riboni

    Quelques tableaux de la représentation
    W.J.T. Mitchell

     

  • Journée d’étude : Bêta-lecture et formes de co-écriture sur le web littéraire - 16 octobre
  • Journée d’étude organisée par Sylvie Bosser et Bérengère Voisin, avec le soutien de la MSH Paris Nord et l’EUR ArTeC.
    16/10/2020
    Campus Condorcet, Centre des colloques, Salle 3.01.

    10h00 – Bérengère VOISIN et Sylvie BOSSER, Introduction

    Session 1. Modérateur Pascal Mougin

    10h15 – Valérie STIENON, Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade/Médialect :
    « Bien écrire la fin du monde. Bêta-lecture et dystopie ».

    10h45 – Nolwenn TRÉHONDART, Université de Lorraine, CREM :
    « La professionnalisation du lecteur sur les plateformes d’écriture numérique. L’exemple de Scribay et Plumavitae ».

    11h15 – Alexandra SAEMMER, Université de Paris 8, CEMTI :
    « Nouvelles de la Colonie. Jeu de rôle littéraire sur facebook ».

    Session 2. Modérateur Gaëlle Théval, Université de Rouen

    14h30 – Sandra PROVINI, Université de Rouen, CÉRÉdI :
    « Fanfictions et partages de l’auctorialité : auteurs, bêta-lecteurs, alpha-lecteurs et commentateurs ».

    15h00 – Marie-Anaïs GUEGAN, Université de Lyon, Groupe MARGE :
    « Forum d’écriture en ligne. Dispositifs d’écriture, auctorialité et poétique des textes ».