Keivan Djavadzadeh

kdjavadzadeh-amini02@univ-paris8.fr

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’UFR « Culture et communication », Université de Paris VIII. Doctorat de Science politique (Université de Paris VIII, 2017).

Domaines de recherche

  • Sociologie des médias et de la communication
  • Industrie musicale états-unienne et cultures populaires
  • Genre, rapports sociaux de race et catégorisations
  • Analyse du discours

Affiliations

  • Membre du réseau international de recherche et de coopération TREND (« Numérique et industries culturelles : Transformation des jeux professionnels et construction du numérique dans les industries du cinéma, de l’audiovisuel et de la musique en France et aux États- Unis »)
  • Membre de la Société pour l’histoire des médias
  • Comment s’en sortir ?, membre du comité de rédaction (2011-2017)

Publications

Direction de numéros de revue

  • 2016. Raisons politiques, n° 62, « Pop et populaire. Politiques du mainstream », codirigé avec Pierre Raboud
  • 2015. Comment s’en sortir ?, n° 1, « Du côté obscur : Féminismes Noirs », codirigé avec Myriam Paris

Articles de recherche dans des revues à comité de lecture

  • 2017. « The Beyoncé Wars : le Black feminism, Beyoncé et le féminisme hip hop » Le Temps des médias, n° 29, p. 159-176
  • 2016. « Les masques noirs des pop stars blanches : Miley Cyrus et les politiques de l’appropriation culturelle ». Raisons politiques, n° 62, p. 21-33
  • 2016. « Le populaire est-il soluble dans les industries culturelles ? Courants dominants et contraires des cultures populaires » (avec Pierre Raboud)Retour ligne automatique
    Raisons politiques, n° 62, p. 5-20
  • 2015. « Trouble dans le gangsta-rap : quand des rappeuses s’approprient une esthétique masculine » Genre, Sexualité & Société, n° 13
  • 2015. « Colonialité du pouvoir, postcolonialité du rap : l’émergence et la répression d’un rap français structuré autour de la critique postcoloniale dans les années 2000 ». The Postcolonialist, « Excitable Speech ? Radical Discourse and the Limits of Freedom »
  • 2014. « Les politiques sexuelles du blues féminin » Hermès, n° 69, p. 75-77
  • 2014. « Du déracinement à la commercialisation de la nostalgie du Sud par les race records : le blues comme culture de survie ». Volume !, vol. 11, n° 1, p. 115-129
  • 2014. « Les politiques "Chyennes" du rap féminin hardcore. Autodéfinition et discours contre-hégémoniques dans l’album The Bytches ». Recherches Féministes, vol. 27, n° 1, p. 183-200
  • 2014 « Les subalternes parlent ! ». Vacarme, n° 67, p. 48-61
  • 2013. « Blacking Up : Une histoire du rock au prisme du blackface ». Transatlantica, 2013/2
  • 2012 « Le rap, entre stylisation et marchandisation » De ligne en ligne, n° 9

Chapitres d’ouvrages

  • 2016. « Patricia Hill Collins : l’autodéfinition contre les images performatives » in Maxime Cervulle, Nelly Quemener et Florian Voros (dir.), Matérialismes, culture et communication, vol. 2, Paris, Presses des mines, p. 181-194
  • 2016. « Culture populaire » in Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, genre et sexualité, Paris, La Découverte, p. 183-191

Traductions

2015. Frances Beal, « Être Noire et femme, un double péril » (« Double Jeopardy : To Be Black and Female »). Comment s’en sortir ?, n° 1